04 janvier 2018

Témoignage

Lors de la lecture de l’ « Eloge de l’énergie vagabonde » de Sylvain Tesson une phrase percute ma mémoire : «  Bergson, écrit-il, s’intéresse au principe de complexification du Vivant […]. Selon lui, la vie a triomphé, sans trop d’errance, sur deux lignes majeures : celles des vertébrés et celles des arthropodes (race maudite). Et le cerveau humain est l’apogée de cette navigation vers la complication, la clé de voute de l’arcade ogivale. Il est une réduction de l’infini enfermée dans une boite en os, un... [Lire la suite]