« La vie est de brûler les questions »

                           Antonin Artaud

Brève réflexion sur des pensées qui parcourent des pistes de Dominique Aubier à David Bohm :

Et si nous vivions au sein d’un grand Cerveau ?

Notre propre cerveau en serait-il l’en face, le visage dont le mandat premier serait de le penser, Lui, le Cerveau absolu  ?

Tout cerveau est en assise sur deux hémisphères : Espaces déterminant la spirituelle et vivante relation.

Au sein de l'approche d’une Corticalité Absolue… un des hémisphères, logé dans l’imperceptible, le mystérieux encore voilé, serait pure information : Principe de toute chose.

Source subtile qui précède et régit tout l’existant qui en découle et qui peut lui être, cependant, rapporté.

Tandis que l’autre hémisphère, dédié au « faire », expliciterait les archétypes… (Archè,  en grec : commencement et commandement)… à travers toute forme de matérialisation depuis le minéral, le végétal, l’animal et le clade Humain qui englobe et incorpore les règnes précédents.

Le principe abstrait, invisible, vibratoire en serait la Tête de pilotage.

 Tandis que nous en serions les lecteurs.

« Le monde et moi, nous venons à exister ensemble, nous nous définissons mutuellement. »  Francisco Varela.

Le principe impliqué  aurait auguré de la structure habilitée à le traduire, c'est-à-dire notre cerveau.

 Ainsi les archétypes primordiaux auraient trouvé leur territoire créatif : leur lieu de pratique.

L’Information vibratoire du Verbe absolu aurait franchi « le tunnel quantique » lui permettant de se propager dans la trame universelle.

Mise en existence.

La notion scientifique d’effet tunnel met l’accent sur l’Instantanéité. Le pouvoir de déplacement y serait supérieur à la vitesse de propagation de la lumière.

Instantanéité créative.

« Toute la cohésion et la valeur ontologique de l’Univers sont […] suspendues à l’esprit qui seul lie en soi, et relie entre eux, les éléments constitutifs du monde. »       Pierre Teilhard de Chardin