« Hermès disait que le monde est une pensée. Un jour viendra où le travail consistera à penser. »

Que pourrait nous offrir une forme de rapprochement qui mettrait en présence la culture millénaire inscrite dans la mémoire du monde et les dispositions actuelles des sciences ?

La physique quantique abolit l’établissement de la mesure des mouvements phénoménaux.

« Dé-concertation ».

Le cheminement intellectuel s’en trouve révolutionné.

L’Incommensurabilité n’est plus liée à l’infini, par l’impossibilité d’en énumérer les composants, mais à la nature même des interrogations holistiques qui se projettent dans la notion de totalité.

Totalité : fruit d’un processus qui aboutit à une finitude. La notion d’Unité s’y profile.

L’archétype cortical avec ses 6 couches se subdivisant en 10 strates est une assise puissante pour symboliser un processus total. Unitaire.

« Les sumériens employaient une combinaison de systèmes de numération de base 6 et de base 10 » écrit « Yuval Noah Harari dans « Sapiens ».

Poussée par l’influx nerveux, l’information opère une  traversée des différentes étapes corticales.

Passant d’une forme symbolique à un savoir déterminé, la richesse informative aboutit à une conclusion. Ce dépôt informatif, protéine constituée, devient lui-même le socle d’une relance vers la recherche d’une Totalité de la pensée.

« Dix est le chiffre de l’Unité ouverte à l’infini, c’est pour cela que nous le choisissons pour symboliser les multiples possibilités d’ouverture de l’être humain à ce qui le contraint ou à ce qui le dépasse » Jean-Yves Leloup dans « Les portes de la transfiguration ».

Nous pourrions aussi dire que 10 est l’étape souveraine de la totalité d’un processus.  Qu’elle est le lieu d’une unité déposée, matricielle en soi.

Cette unité réalisée devenant, elle-même, l’essence d’une relance vers une Unité plus inclusive.

Sommes-nous, en ce moment même, en train de vivre une révolution cognitive ?

« Comme on demandait en Chine à un vieux sage : qu’est ce que le Tao ? Il répondit : Va ! ».